Michael Beinhorn

Producer

Producteur de disques, compositeur et musicien nord-américain. Passionné par le développement des artistes, il a travaillé et produit des albums pour Herbie Hancock, Red Hot Chili Peppers, Soundgarden, Aerosmith, Marilyn Manson, Hole, Ozzy Osbourne, Soul Asylum et bien d'autres.

Interview

Michael, comment définiriez-vous votre profession ? Comment l'abordez-vous à titre personnel ?

Il y a longtemps que je ne me considère plus comme un musicien. Je suis définitivement dans la production.

La façon dont je travaille avec les gens comporte de nombreux aspects. Une grande partie est intuitive, j'essaie de comprendre ce dont ils ont besoin. Je pense aussi, et tout le monde n'est pas du même avis que moi, que mon approche est unique dans le sens où il doit y avoir une sorte d'évolution ou de progression chez un artiste. Une partie de mon travail consiste donc à essayer d'aider l'artiste à grandir au cours du processus. Pour ce faire, j'essaie d'aider l'artiste à se développer musicalement, à se trouver lui-même sur le plan expressif et à capturer une signature audio - à défaut d'un meilleur mot - ou quelque chose qui fera que le projet particulier que nous réalisons reflétera cette progression et, d'une certaine manière, se démarquera de la foule des autres artistes qui pourraient faire quelque chose de similaire.

Il s'agit donc d'une approche à plusieurs niveaux. Je constate souvent que les gens considèrent les artistes d'aujourd'hui comme des créateurs de contenu, c'est-à-dire qu'ils se contentent de produire ce qu'ils font. Mais l'accent n'est pas vraiment mis sur la progression ou le développement. Auparavant, les artistes traversaient différentes périodes d'expression personnelle, l'expérience de la vie les touchait et modifiait leur façon de s'exprimer, ce qu'ils faisaient. L'âge les affecte et ils commencent à faire les choses différemment. Chaque artiste a le potentiel de se développer et de s'épanouir. David Bowie, un artiste musical, en est le parfait exemple. Il a traversé tant de périodes différentes, tant de masques différents qu'il mettait et retirait en quelque sorte pour avancer. De nos jours, ce type de développement n'est pas encouragé. En fait, je dirais même qu'il est découragé. L'industrie musicale n'a pas vraiment de temps à consacrer au développement des artistes. L'une des raisons en est que s'ils évoluent vers quelque chose qui ne plaît pas à leur public dans son état actuel, il y a de fortes chances qu'ils cessent de vendre des disques, s'ils sont populaires. S'ils ne vendent plus de disques, ils ne sont plus viables ni utiles à leur maison de disques. Il est donc avantageux, du moins dans l'esprit des responsables des maisons de disques, de maintenir les artistes dans une sorte de continuité une fois qu'ils ont atteint un certain niveau et que celui-ci devient comme un plateau, ce qui, à bien des égards, est presque une condamnation à mort.

D'une certaine manière, je pense que mon travail consiste à aider les artistes à devenir ce qu'ils ont besoin d'être à un moment donné, quoi que ce soit, vous savez, une évolution organique. Cela demande beaucoup d'observation, beaucoup d'écoute. Je dois beaucoup écouter leur musique pour être capable de le faire, c'est presque comme une méthode d'acteur ou comme entrer dans la peau d'un personnage ou quelque chose comme ça. Je ne dirais pas que j'essaie de pousser qui que ce soit dans quelque direction que ce soit. Il s'agit plutôt de motivation et d'encouragement. Si je montre quelque chose à un artiste et que je lui donne une idée, je ne lui dis pas spécifiquement "utilise cette idée parce qu'elle vient de moi et que mon idée sera la meilleure". C'est plutôt "Je vous présente ceci parce que je pense que ce morceau de musique a des faiblesses. Voici une solution possible, mais je pense que vous en avez peut-être une meilleure", et c'est souvent le cas. Mon rôle est donc d'expliquer à l'artiste ce qui ne fonctionne pas et pourquoi, de lui donner un exemple de ce qu'il pourrait faire et de laisser cela entre ses mains.

Quelle importance attachez-vous à la qualité sonore ?

C'est intéressant. Vous avez besoin de repères pour comprendre que quelque chose peut être meilleur, comme pour toutes les choses, comme écouter de la musique avec Audirvāna par exemple. Une fois que vous avez entendu ou expérimenté quelque chose d'une certaine manière, qui constitue une amélioration radicale par rapport à ce que vous connaissiez, il est très difficile de s'en détacher, de le désentendre. Ainsi, lorsque j'entendais quelque chose de meilleur que les sources que j'utilisais auparavant, j'allais vers cela. Ok, comment puis-je l'obtenir ? Et une grande partie de la réflexion que j'ai menée était la suivante : "Si nous faisons ceci ? Pourquoi ne pouvons-nous pas faire cela ? J'ai par exemple développé un système 8 pistes de 2 pouces pour l'enregistrement analogique, et j'ai été surpris de constater que personne d'autre ne l'avait fait auparavant. En utilisant simplement une plus grande largeur de piste, vous pouviez enregistrer et lire d'une manière très différente, ce qui changeait complètement la qualité sonore de l'enregistrement et de la lecture. Je pense que c'est quelque chose qu'il faut montrer aux gens. Si vous pouvez présenter quelque chose à quelqu'un et lui démontrer comment cela fonctionne, ce que cela fait, comment cela s'applique à sa musique, comment cela s'applique à son processus d'enregistrement, en général, d'après mon expérience, il ne dira pas non.

“Once you’ve heard or experienced something in a certain way, that is a drastic improvement over what you know, it is very hard to un-experience it, it’s very hard to unhear it.”

Continuez-vous à écouter de la musique pour le plaisir ou pour vous amuser ?

Je ne vois pas pourquoi, oui. Lorsque j'écoute un morceau de musique sur lequel je travaille et un morceau de musique que j'écoute pour le plaisir, je recherche en quelque sorte la même chose. C'est généralement plus difficile à trouver dans un morceau de musique que j'écoute pour le travail. Car là mon travail consiste à me demander comment je peux introduire cet élément dans le morceau. Qu'est-ce que je vais ajouter pour l'améliorer ? Mais il y a une certaine qualité émotionnelle que je recherche, quelque chose de vraiment irrésistible, quelque chose qui m'arrête, quelque chose que je ressens à l'intérieur de mon corps, qui est viscéral. Et je ne vois pas de différence ou d'écart. Il est évident que l'on peut aussi écouter les choses d'un point de vue structurel, et nous le faisons souvent. Et je peux devenir très analytique à propos d'un morceau de musique. Mais je trouve qu'il faut que j'enclenche ce mode. Cela ne se fait plus automatiquement, ce qui me réjouit à vrai dire. Je ne voudrais pas tout écouter de manière analytique. De temps en temps, ca peut arrive, mais je l'ignore !

Depuis combien de temps utilisez-vous Audirvāna ? Qu'avez-vous pensé lorsque vous l'avez découvert ?

Trois ans, je crois. J'étais à la recherche d'une façon la plus limpide possible d'écouter des enregistrements et des fichiers numériques. J'ai trouvé beaucoup de systèmes de lecture que je trouvais vraiment bons, mais j'avais l'impression qu'il y avait toujours une petite distorsion ici et là qui rendait le son moins distinct et qui gênait la lecture de ce que j'écoutais. Je pense que j'ai vraiment creusé et essayé de découvrir sur Internet ce qui pourrait être la meilleure solution pour moi et c'est comme ça que je suis tombé sur Audirvāna. Lorsque j'écoute de la musique dans Audirvāna, je n'entends pas de résonances désagréables - ou de pics - de fréquences qui s'accumulent et jaillissent. C'est certainement la représentation la plus transparente que j'ai entendue sur mon système jusqu'à présent. C'est pourquoi j'ai fini par m'y fier.

J'ai conservé Audirvāna 3.5 aussi longtemps que possible parce que je n'avais pas envie de payer une mise à jour. Je me disais "c'est génial" ! Au bout de quelques années, je me suis dit : " On dirait qu'ils ont fait une mise à jour, qu'ils ont fait des changements, il faut que j'aille voir ". Et j'ai écouté Audirvāna Studio, et... ah... Vous ne pouvez pas désentendre, vous ne pouvez pas vous en détacher. Il faut faire avec. Qu'est-ce que je peux dire ? Je devais y aller ! C'est le genre de chose où j'estime que si quelqu'un fait du très bon travail et a créé un produit qui en vaut la peine, il est de ma responsabilité de le soutenir dans ce qu'il fait. C'est un produit haut de gamme, donc je suis d'accord pour payer le prix de toute façon.

En parlez-vous autour de vous ?

Honnêtement, seulement de temps en temps. La raison en est que la plupart des gens n'écoutent pas la musique de la même manière que moi. La plupart des gens que je connais travaillent généralement avec une station de travail audio numérique (DAW) et toute leur musique se trouve dans Apple Music, vous savez, iTunes. Cela n'a aucun sens pour eux d'avoir un lecteur de musique séparé, tout est si directement accessible. Les gens ont tendance à se tourner vers ce qui est le plus pratique parce qu'ils ne pensent pas vraiment à ce que fait l'ordinateur. Ils ne se demandent pas si telle application peut avoir un meilleur son que telle autre, parce qu'ils pensent que "ce sont des uns et des zéros", ce qui, comme nous le savons, n'a aucun sens.

Quelles sont vos passions en dehors de la musique ?

Eh bien, j'ai un fils de 5 ans ! Ma famille est formidable. J'aime les arts, j'aime la peinture, j'aime les arts visuels. C'est un monde extraordinaire, il y a beaucoup de choses à voir et à faire, et je ne pense pas que l'on puisse manquer de choses amusantes. Voyager, c'est génial aussi.

Autres TÉMOIGNAGES